OMAR SY l’avant première nationale O Ciné

Publi-reportage
IMG_0386

16H30 …un peu d’agitation devant les portes d’Ociné ST OMER … Quelques minutes plus tard, 2 berlines aux vitres fumées s’arrêtent devant l’entrée principale … OMAR SY , Philippe GODEAU producteur du film YAO entourés de l’équipe de promotion du film débarquent dans le hall d’Ociné.

Pressé, glace à la main

Quelques minutes d’attente, le temps de dévorer une glace et déjà la bande générique de fin résonne sur l’écran de la salle 5 sous l’œil inquiet d’OMAR SY encore caché du public . Quelques pas de danse et le comédien se lance micro à la main derrière Philippe GODEAU Producteur du film … C’est parti pour 30 minutes d’échanges avec le public parmi lesquels des lycéens de Blaise Pascal Longuenesse .

IMG_4978

Des questions sur le film, parfois sans  rapport lorsqu’une spectatrice demande les secrets de la bonne humeur permanente de celui ci,  mais aussi des anecdotes … Le fruit du hazard lorsqu’une spectatrice reconnait dans le film un bus d’une société Béthunoise qu’elle a emprunté pendant de longues année, bus qui fini sa carrière au Sénégal, mieux encore un autre spectateur Arquois affirme avoir réalisé la décoration de ce même bus , de quoi faire sourire et amuser OMAR SY qui revient également sur le film au micro d’Eric BAY -NRJ

Comment les spectateurs ont ils appréciés le film ? réactions:

17H15 … c’est déjà fini, à peine le temps de dégainer notre micro sous l’œil vigilant d’un colosse qui vous serre le bras à vous en ‘couper la circulation sanguine’ …Malgré tout OMAR SY nous confiera avoir été surpris de l’accueil réservé .L’acteur est  pressé il part à Lille pour rencontrer d’autres spectateurs, Quelques mots et très vite il se voit prié de rejoindre les 2 véhicules à disposition … Quelques sourires volés, quelques clichés et déjà il s’engouffre dans la Mercedes qui se trompe de route avant de faire demi tour …cette fois c’est la bonne route … Certaines rencontres peuvent vous changer la vie …ou pas

IMG_0397

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0
Déjà 384 lecture(s) de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles